Skip to main content

Escal’Atlantic fête ses 20 ans !

15 Déc 2020

Le 23 avril 2000, Escal’Atlantic ouvrait au public. 20 ans, 200 objets de collections et près de 2 millions de visiteurs plus tard, le succès est toujours au rendez-vous. Zoom sur ce lieu emblématique qui met à l’honneur les paquebots de ligne construits à Saint-Nazaire.

Visiteurs regardant les œuvres d'art dans Escal'Atlantic

Des contenus web exclusifs pour fêter l’anniversaire d’Escal’Atlantic ensemble !

Vous avez envie de fêter cet anniversaire avec nous ? Ça tombe bien ! Nous vous avons préparé de nouvelles activités et ressources web autour de ce merveilleux patrimoine des paquebots transatlantiques :

Saint-Nazaire et les paquebots, c’est une histoire qui ne date pas d’hier ! Nous vous la contons ci-dessous avec celle d’un projet nazairien un peu fou : Escal’Atlantic. Sophie Minssart, architecte-urbaniste, Tiphaine Yvon, responsable du pôle Patrimoine et Agathe Doufils, chargée des collections de l’Écomusée nous accompagnent pour cette remontée dans le temps.

 

Peinture des ponts avant du paquebot Normandie avec les deux premières cheminées rouges. Dessin d'un groom avec une feuille blanche et des feutres colorés

Le patrimoine des grands liners et son écrin

Un siècle d’histoire à Saint-Nazaire

Le paquebot d’aujourd’hui sert principalement à la croisière et aux loisirs. Il n’en a pas toujours été ainsi. Autrefois, le paquebot était un moyen de transport utilisé par nécessité. Il amenait ses passagers d’un point A à un point B, bien souvent d’un continent à un autre. Les paquebots réalisent ainsi des trajets réguliers, appelées « lignes », d’où leur nom anglais de « liner ». La plus célèbre d’entre-elles est la ligne transatlantique Le Havre – Southampton – New York. Il en existe bien d’autres, dont Saint-Nazaire – Veracruz qui transportait les Européens vers l’Amérique centrale.

À Saint-Nazaire, l’épopée des paquebots transatlantiques dure un siècle. Elle débute en 1862 avec la construction de l’Impératrice Eugénie et se termine 100 ans plus tard avec la mise en service du France. Une histoire qui croise régulièrement celle de la Compagnie Générale Transatlantique. Cette compagnie maritime française confie la construction de ses plus beaux paquebots aux chantiers nazairiens, les poussant à une quête incessante de modernité et de prouesses techniques.

Vue des chantiers navals nazairiens au premier plan, derrière le paquebot France sans ses cheminées est en train de glisser dans l'eau lors de son lancement

Rassembler un patrimoine dispersé par les années

Comment rendre hommage à cette aventure ? Comment la rendre perceptible ? Seule la légende vit encore. Les paquebots, eux, ont disparus : démantelés, coulés, naufragés, incendiés…

Détail d'une laque dorée représentant deux renards dans une végétation. Trois chaises et une table de jeu ronde en bois et tissu bordeaux.

À partir de 1992, un travail de fourmi commence à l’Écomusée : retrouver des objets qui témoignent de cette histoire et de ce patrimoine. Cette mission soutenue par la Ville de Saint-Nazaire, l’État et la Région des Pays de la Loire permet la constitution d’une collection unique. En 2020, ce sont 6 800 objets qui sont conservés, rassemblés autour de six axes :

  • La vie à bord
  • Les grandes compagnies maritimes et les objets dérivés
  • Les œuvres décoratives
  • Le mobilier
  • Les arts de la table
  • La représentation de paquebots

À cela s’ajoute le remarquable fonds photographique donné par les Chantiers de l’Atlantique en 2016. Il est constitué de 25 000 clichés des années 1920 jusqu’aux années 1970.

Tiphaine Yvon, responsable du pôle Patrimoine et Agathe Doufils, chargée des collections, nous présentent ce patrimoine :

Escal’Atlantic, aux origines du projet

De l’idée d’un musée des paquebots à Escal’Atlantic

Parallèlement à la constitution de cette impressionnante collection, le début des années 1990 voit les premières réflexions sur un lieu consacré à l’aventure des paquebots. Sophie Minssart, architecte-urbaniste, directrice d’études pour l’Agence de développement durable de la région nazairienne, à l’époque assistante d’études projet « Ville-Port », nous raconte la création de ce projet fou :

À collection exceptionnelle, écrin exceptionnel

À la fin des années 2000, la collection rassemblée par l’Écomusée a grandi. Rare et précieuse, elle mérite un lieu d’exposition à sa hauteur pour être partagée avec les Nazairiens. Ce sera Escal’Atlantic.

Son renouvellement scénographique est annoncé en 2009.

En 2013, après 9 mois de travaux, le lieu renaît. Cette fois, ce sont plus de 200 objets authentiques ayant voyagé à bord des paquebots qui y sont exposés sur un parcours de 3 700m². Ils font d’Escal’Atlantic un musée atypique et immersif dont le succès ne se dément pas. Chaque année 80 000 visiteurs viennent (re) découvrir avec émerveillement l’aventure des paquebots transatlantiques nés à Saint-Nazaire !